4 startups autour du SCAN 3D et de la maquette numérique BIM

master-bim
scan3d
ia
enpc
bim

(Sébastien Lucas / Future Architect) #1

Extrait du master BIM du 15 février 2017

WiseBIM : conversion d’un scan 3D vers un IFC grâce à un algorithme de reconnaissance sémantique

#IA, #scan3D, #IFC

WiseBIM est une startup qui part d’un fichier de scan 3D brut et le converti automatiquement en un IFC en reconnaissant donc les portes et les fenêtres et autres éléments de constructions. Ils utilisent un algorithme breveté par le CEA, commissariat à l’énergie atomique.

Qui sont les clients :

  • Gestion technique d’un patrimoine pour scanner l’ensemble d’un parc immobilier, le traitement de la géométrie prend environ 1 minutes + 20 minutes de corrections manuelles ce qui est très rapide par rapport à une solution manuelle
  • Sécurité publique pour améliorer l’efficacité des interventions (pompiers, )
  • Rénovation thermique
  • Aide à la vente : faire des outils marketing 3D, des visualisations pour s’immerger en 3D

My captR numérisation mobile à partir d’un smartphone ou d’une tablette

#mobile, #scan3D, #IFC

http://www.mycaptr.com

  • On peut ajouter des annotations compatibles BCF
  • On peut générer des plans 2D
  • Exporter vers les formats BIM

Comment ça marche :

Le logiciel génère un nuage de point. Une géométrie est proposée. Bientôt il sera possible de modifier la géométrie produite pour corriger à la marge les algorithmes.

Qui sont les clients :

2 types de clients :

  • Les utilisateurs : Les artisans, géomètres , entreprise générale…

  • Les experts : Les architectes et les bureaux d’études sont déjà familiers avec les nuages des points et sont les principaux utilisateurs actuels

Snapkin : Scan 3d vers une maquette numérique

#IA, #scan3D, #IFC

http://www.snapkin.fr/

Pour passer d’un nuage de point à une maquette numérique, on met généralement 3 jours avec un travail purement manuel de conversion de la géométrie.

Comment ça marche :

Avec Snapkin, on divise par 3 le temps :

  • On scanne la pièce avec un scanner 3D
  • On peut configurer le projet par exemple l’épaisseur des murs…
  • Le client envoie le fichier grâce à la plateforme, le fichier est compressé de 80GB environ à 1GB!
  • L’équipe de SnapKin propose également une prestation de service pour corriger la 3D manuellement et affiner donc le scan
  • De l’intelligence artificielle va permettre de reconnaitre automatiquement les portes, fenêtres… et affiner donc la reconnaissance en 2018
  • Les objets BIM utilisés (portes, fenêtres, cloisons…) sont des objets génériques qui peuvent être remplacés par les architectes utilisateurs

IM-PACT : Cahier des charges de prestations de scan 3D

#scan3D, #IFC

http://www.im-pact.fr

IM-PACT font des relevés 3D et produisent des maquettes au format BIM, et non en mode “holywood”, c’est à dire juste les facades vues comme dans un jeu video.

Leur services consistent à faire des relevés de l’existant pour produire une maquette BIM utilisable principalement pour la gestion de patrimoine bâti.

  • Un cahier des charges est rédigé sur ce qui est attendu en terme graphique ou de sémantisation de la maquette numérique
  • Un niveau de détail différencié peut être fourni en fonction des priorités des clients
  • Comment va être structuré la maquette en terme de famille d’éléments
  • Pour compléter les plans de récolement, des relevé 3D sont faits

Exemple de projet :

Scan de l’aéroport de Toulouse pour faire de la gestion patrimoniale.

IM-PACT exploite les technologies de Snapkin pour générer la partie modélisation à partir du cahier des charges.

Questions

  • Quels sont les obligations auxquelles les scans 3D sont soumis ?

Le livrable doit être compatible avec les outils du clients : Revit, Solibri…

Le scan relève un nuage de points et offre une exhaustivité d’information exceptionnelle alors qu’avant le BIM on se suffisait d’une coupe à un endroit précis. Ainsi l’erreur se multiplie sur l’intégralité de l’ouvrage au lieu d’être sur un document précis.

De plus il y a une interprétation entre le nuage de point très précis, mais qui doit être interprété, la maquette numérique utilisant des géométries plus rectilignes. Car les détails de la réalité, irrégularité de la dalle,… ne peuvent pas être reproduits sur la maquette. Ainsi le nuage est livré avec la maquette pour comparer.

Il manque ainsi des outils qui soient adaptés pour reproduire la complexité de la réalité et donc de la rénovation.

Donc il faut être pragmatique, et être conscient que l’outil apporte un niveau de détail très important, qui génère plus d’erreurs visibles alors qu’elles l’étaient avant que sur le chantier.

  • Un outil pour les géomètres ?

Beaucoup de métiers sont en train de s’équiper eux-même de scanner 3D sans forcément faire appel à un géomètre. Mais pour l’instant 80% des clients de SnapKin sont des géomètres experts.

Les chartes BIM, la sémantisation de la maquette numérique est moins maitrisée par les géomètres. Les sociétés comme Snapkin et Im-Pact sont donc complémentaires aux savoirs-faire des géomètres.

  • Quel format d’export ?

La plupart des modélisations se font sur Revit, avec un export IFC pour exporter sur Archicad. L’idéal serait de modéliser dans le logiciel métier.